donnez-leur vous-mêmes à manger

1 - La mission Humanitaire Evangelique : Enjeux et risques

Par Louis Pelzer – Président de l’association Humanitaire Evangélique Le Messager de la Paix.

Lecture : 2Cor.10,3-5 : Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ.

Si nous ne voulons pas nous tromper sur le rôle que doit remplir l’Eglise dans ce monde, y compris à travers ses actions humanitaires, il nous faut d’emblée nous rappeler la raison d’être de la venue du Seigneur Jésus en ce bas monde, tel qu’il le déclare lui-même en Luc 19:10 : « Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » . Paul dira en 1Tim2,4 « La volonté de Dieu c’est que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » . Pour cela, tous les moyens sont-ils bons et dans quelle proportion ?

2 - Les risques de l’humanitaire non fondés sur la parole de Dieu

Le danger dans l’humanitaire, même évangélique, c’est d’inverser les priorités de Dieu pour donner plus de place aux priorités matérielles, selon les bons sentiments de l’homme, plutôt qu’aux spirituelles selon Dieu.

L’apport d’aides matérielles sous forme de vêtements, chaussures, médicaments etc… est-il pour autant inutile voir pervers ? Bien sûr que non. N’oublions pas cet adage : « ventre creux n’a pas d’oreilles, et que pieds gelés n’en n’ont pas davantage ». En effet, il ne sert à rien de prêcher un Dieu d’amour si celui qui entend ne voit pas cet amour dans le prédicateur.

Pour l’église et tous ceux qui la composent, et en particulier pour les missionnaires, il convient de bien entendre, comprendre et agir selon tout le conseil de Dieu, en se référant aux exemples de sa parole.

Trois exemples :

  • Lorsque Jésus enseigne à ses disciples comment ils doivent prier (Mat.6,7-13), il ne commence pas par enseigner donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien, mais il dirige les regards et les pensées vers Dieu : Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite...
  • Avant la multiplication des pains et des poissons, il est dit en Mc.6,34 : Jésus vit une grande foule et fut ému de compassion pour eux parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont point de berger ; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses ». Ensuite il dira : « Donnez-leur vous-mêmes à manger »
  • En Act.6,1-4, il nous est rapporté un fait divers opposant les hellénistes aux hébreux concernant l'aide humanitaire notamment en faveur des veuves. La distribution des biens matériels risquait de prendre la priorité sur la prédication. Les douze apôtres vont donc répartir les tâches en donnant priorité à la prière et à la parole, sans pour autant négliger l’assistance aux nécessiteux.

Dans ces trois cas, les priorités de Dieu ne sont pas inversées et répondent à l’ordre du Seigneur Jésus : « Cherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu, et toutes choses vous seront données par dessus » (Mat.6,33)

3 - Quels sont les enjeux de l’humanitaire selon Dieu ?

Nous les avons en 2Cor.10,3-5.

3.1 - «renverser les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu …»

Depuis la chute en Eden, Satan n’a pas d’autre but que de détruire l’homme en l’éloignant de Dieu par toutes sortes de séductions philosophiques, religieuses, matérialistes et humanistes plus ou moins palpables, qui font porter les regards sur les souffrances, désastres, injustices etc… et non sur la solution, qui est Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié, lequel a déclaré : « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés… ».

Aujourd’hui, plus que jamais, la connaissance de Dieu est battue en brèche : matérialisme, philosophies en tous genres tentent de démontrer que l’homme n’est qu’un animal perfectionné qui doit trouver la solution à ses problèmes par lui-même et en lui-même. Malheureusement, les milieux chrétiens emboîtent le pas de plus en plus, non toujours sur le fond mais dans leurs actions.

Si nous nous devons de renverser les raisonnements et toute hauteur qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu,, nous ne devons pas le faire avec des armes charnelles, avec des méthodes charnelles. La priorité reste à la parole de Dieu, qui est Dieu depuis le commencement et doit le rester jusqu’à la fin

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu». Ces armes se trouvent notamment en Eph.6,10 et suivants.

Dans les pays où l’athéisme a été proclamé et imposé, tout comme là où la religion est imposée à la force du sabre, il convient de renverser les raisonnements par la parole et par le geste. Proclamer l’évangile d’un Dieu d’amour sans manifester cet amour reste lettre morte. L’un ne va donc pas sans l’autre, mais il y a toujours la priorité de Dieu à respecter.

3.2 - « amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ »

Les raisonnements étant renversés, il faut des moyens concrets pour amener les âmes captives à une foi vivante en Christ leur Sauveur.

Rom.10,14-15 :Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler? Et comment en entendront -ils parler, s’il n’y a personne qui prêche? Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés ?

On pourrait ajouter : et comment seront-ils envoyés s’ils n’en ont pas les moyens. Dans notre pays, il y a peu de vocation missionnaire, et pourtant ce peu est souvent entravé par l’absence de soutien spirituel et matériel.

Quels moyens faut-il ? Afin d’être efficace, il faut d’abord des hommes et des femmes consacrés, ayant entendu et répondu à l’appel :Allez par tout le monde. Ensuite il faut des lieux d’accueils, il faut des dispensaires, il faut des librairies etc… Et comment cela va-t-il être rendu possible ?

Avez-vous remarqué que le chapitre 10 de 2Corinthiens était précédé des chapitres 8 et 9 ? Qu’y est-il dit ?

Il n’y est pas tellement parlé de collecte des rebuts de garde-robes ou autres objets plus ou moins en état, mais de libéralités et même de riches libéralités. Qu’est-ce qu’une libéralité ? C’est un don fait avec générosité. Mais pour être généreux, il faut d’abord s’être donné à Dieu soi-même (2Cor.8,1-5). Généreux vient du latin “generosus“ = de bonne race. De qui sommes-nous la race ? A qui ressemblons-nous ?

3.3 - Amener les âmes libérées à rendre grâce à Dieu, à le glorifier et à prier pour leurs donateurs.

2Cor.9,11,15 : Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces. Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu. En considération de ce secours dont ils font l’expérience, ils glorifient Dieu de votre obéissance dans la profession de l’Evangile de Christ, et de la libéralité de vos dons envers eux et envers tous; ils prient pour vous, parce qu’ils vous aiment à cause de la grâce éminente que Dieu vous a faite. Grâces soient rendues à Dieu pour son don ineffable!

Que de joies et d’expressions de reconnaissance dans les courriers que nous recevons de la part de celles et ceux qui ont découvert le Seigneur par l’aide humanitaire selon Dieu. Que de louanges et d’adoration.

Mais la moisson est grande et il y a peu d’ouvriers. Parmi les nouveaux convertis dont s’occupe la Mission , il se lève maintenant des frères et des sœurs désireux de servir, mais n’en ayant pas les moyens. Nous souhaiterions mettre en place une forme de parrainage pour quelques étudiants, notamment en Yakoutie, en Kirghizie et autres pays extrêmement pauvres et éloignés, afin que, comme le dit l’apôtre Paul : Ceux à qui il n’avait point été annoncé verront, et ceux qui n’en avaient point entendu parler comprendront.

En conclusion, nous dirons que la mission humanitaire évangélique de l’Eglise c’est de répondre comme au cri du macédonien à l’apôtre Paul : Viens et secours-nous (Act.16,9).

1 Corinthiens 15:34 Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte.

Que le Seigneur de la moisson bénisse toutes les missions qui vont en son Nom, afin que chacun remplisse bien son ministère, en associant harmonieusement la prédication de la parole, par le verbe, à l’action.